Axe 1. Observation des phénomènes naturels en haute montagne

capteurs altitude - © Parc national des Ecrins
Observation des phénomènes naturels en haute montagne
capteurs altitude - © Parc national des Ecrins

Observation des processus géomorphologiques porteurs de risques pour les pratiquants et les infrastructures de haute montagne : extension au massif des Écrins de l’utilisation de l’application Alp-Risk )

Depuis une dizaine d’années un suivi presque exhaustif des éboulements/écroulements rocheux est conduit dans le massif du Mont Blanc par Ludovic Ravanel, qui a développé avec La Chamoniarde (Société de Prévention et de Secours en Montagne de Chamonix) l’application pour Iphone et Android « ALP-RISK », avec comme grundmotiv « Observer les phénomènes naturels en montagne pour mieux les comprendre et les gérer ». Cette application pour Smartphones permet de documenter de manière pertinente toute observation d’événements naturels dangereux en montagne dans le double but de mieux connaitre et prévenir les phénomènes naturels concernés (les informations sont traitées par des spécialistes de chaque discipline) et de mieux les gérer (l’application permet de consulter toutes les observations déjà effectuées). En parallèle, une interface Internet a été créée pour ceux qui n’utilisent pas de smartphone. Facile d’utilisation et intuitive, cette première version de l’application est disponible gratuitement sur les plateformes classiques de téléchargement Itunes et GooglePlay mais également via le site www.alp-risk.com qui permet par ailleurs d’accéder à l’interface Internet. Dans le cadre du dispositif Refuges sentinelles l’objectif est de diffuser largement l’utilisation de cette application dans le massif des Écrins, afin qu’elle permette des échanges d’informations porteurs d’une plus grande sécurité en montagne et d’une connaissance approfondie des phénomènes géomorphologiques. De plus des retours de la part des utilisateurs sont attendus en vue du développement d’une version 2 au cours de l’hiver 2016.

Contact : Ludovic Ravanel, EDYTEM CNRS-Université Savoie Mont Blanc

Géomorphologie et observation des phénomènes cryokarstiques

Les phénomènes cryokarstiques sont dus à la fusion de glace enfouie dans le sol, en général dans ou sous des formations superficielles. Cette glace a pu se maintenir pendant des décennies grâce aux conditions froides régnant dans les zones de permafrost, et les phénomènes cryokarstiques (effondrements sur cavités dans la glace, formation de lacs…) résultent du réchauffement climatique et de la fusion de cette glace. La présence de glace enfouie étant indétectable en l’absence de mesures géophysiques, les phénomènes cryokarstiques apparaissent souvent inopinément dans des zones où la présence de glace enfouie était inconnue. La détection et le recensement de ces indices sont donc importants pour la connaissance de ces phénomènes et des risques associés. Les randonneurs et alpinistes habitués aux lieux sont en général des observateurs attentifs aux phénomènes inhabituels. C’est pourquoi l’action proposée dans le cadre de Refuges sentinelles vise à établir un dispositif de signalement des observations faites sur le terrain afin de compléter le recensement des phénomènes cryokarstiques et d’assurer une détection précoce des phénomènes nouveaux. La mobilisation des usagers se fera par voie d’affichage et d’actions de sensibilisation et d’information. Elle pourra donner lieu à des actions de formation des « collecteurs » de données (gardiens de refuges, gardes du Parc) et à la mise en place au niveau du service gestionnaire (RTM 05) d’un dispositif de collecte et de centralisation des données (formulaire, site Internet). Elle pourrait aussi reposer sur la mise en place d’une application inspirée d’AlpRisk.

Au delà de ces observations il serait envisageable de proposer à un public motivé un certain nombre de manipulations très accessibles, comme par exemple mesurer la température des eaux de source, mesurer la pente d’un front de glacier rocheux ou encore réaliser une série de clichés photographiques d’un objet géomorphologique (par exemple un beau glacier rocheux) pour faire de la photogrammétrie terrestre. De même, une cartographie participative des phénomènes géomorphologiques en haute montagne serait un très bon moyen d’échanger avec tous les acteurs, et pourrait être envisagée à partir de l’application AlpRisk en combinant via une plateforme SIG en ligne des couches de données issues de modèles numériques de terrain, de cartes de pentes, d’images satellite, et de cartes existantes sur l’hydrographie, la géomorphologie, le permafrost, les glaciers…

Contact : Philippe Schoeneich, Institut des Géosciences de l’Environnement Université Grenoble-Alpes et Xavier Bodin, EDYTEM CNRS-Université Savoie Mont Blanc

Glaciologie

Les changements climatiques sont très visibles en haute montagne à partir des fluctuations des glaciers. Depuis quelques décennies, cinq glaciers alpins français sont surveillés très en détail (bilans de masse, variations d’épaisseurs, vitesses d’écoulement, fluctuations de longueur) dans le cadre du service d’Observation « GLACIOCLIM », labellisé par le Ministère de la Recherche. Ces cinq glaciers sont situés dans les Alpes du Nord, dans les massifs du Mont Blanc, de la Vanoise et des Grandes Rousses. Aucun d’entre eux n’est situé dans le massif des Écrins. Le glacier Blanc est mesuré partiellement par le Parc National des Écrins et l’un des objectifs à moyen terme est d’étendre le réseau d’observations du glacier Blanc et d’inclure ce glacier dans le service d’observations. Aussi, l’interprétation des fluctuations glaciaires nécessite des observations météorologiques à proximité des glaciers afin de comprendre les relations entre les bilans de masse et les variables météorologiques. L’action proposée dans le cadre des Refuges sentinelles est de compléter/développer le réseau d’observations météorologiques existant en profitant de la présence des refuges et des gardiens de refuge. Grâce au réseau de refuges du massif, ces observations pourraient être réalisées dans un périmètre de quelques kilomètres autour du glacier Blanc. Outre ces observations régulières, le réseau des Refuges sentinelles sera l’opportunité de développer une base de données sur les phénomènes « inhabituels » liés aux fluctuations glaciaires, en relation avec les risques d’origine glaciaire : création ou développement de lacs proglaciaires ou supraglaicaires, déstabilisation de séracs, ouvertures importantes de crevasses…

Contact : Emmanuel Thibert, IRSTEA Grenoble, Christian Vincent et Antoine Rabatel, Institut des Géosciences de l’Environnement CNRS Grenoble

crédits photo : capteurs altitude – © Parc national des Ecrins