Axe 3. Écologie Verticale

Crédits photo : Tichodrome échelette mâle nourrissage © Mireille Coulon - Parc national des Ecrins
Écologie Verticale

Il s’agit dans ce domaine d’inventorier les espèces présentes en haute altitude, d’évaluer leur distribution, la structure des communautés qu’elles constituent, et enfin d’en analyser la diversité génétique (populations sources/puits ; refuges glaciaires ; mécanismes de spéciation). En complément seront mis en place des suivis de leur dynamique (mesures démographiques et de distribution) pouvant s’appuyer sur les informations récoltées par des alpinistes et randonneurs, sur des espèces définies et en nombre restreint. Cet aspect participatif du programme de recherche reste encore largement à penser car il sous-tend un imposant travail de gestion et de validation de données. Il en est de même dans le domaine faunistique, avec la réalisation de photo-constats sur des versants afin d’observer la phénologie des espèces caractéristiques, en associant là encore les gardiens de refuges et les alpinistes, pour des photos-constats et le suivi de certaines espèces d’oiseaux (Relevé de la date de première et dernière observation d’une espèce en haute altitude par exemple).

Contact : Cédric Dentant, Parc National des Écrins et Sébastien Lavergne, Laboratoire d’écologie alpine, CNRS, Grenoble

Présentation de la discipline et de la méthode employée :

L’étude des espèces végétales de haute montagne consiste à réaliser des inventaires de répartition (aire d’occupation et gradient altitudinal), et de retracer l’histoire évolutive (phylogénie – sur une échelle de temps de quelques millions d’années),  et les changements détectables des communautés floristiques d’altitude (sur une échelle de temps beaucoup plus restreinte : -/+ 1,5 siècle).

Notre méthode

Pour ce faire, nous parcourons les faces sud ainsi que les sommets par la pratique de l’alpinisme. Là haut, nous réalisons un inventaire exhaustif des taxons rencontrés et un échantillonnage de jeunes feuilles (mise en silicagel) dont nous analyserons la diversité génétique et l’origine des populations.

Enfin ces travaux de terrain sont complétés par une recherche bibliographique dans les documents historiques afin de comparer les éventuelles observations botaniques passées avec les plus récentes.

Vous pouvez retrouver les ressources produites autour de l’axe 3 Ecologie verticale en suivant ce lien.

Crédits photo : Tichodrome échelette mâle nourrissage © Mireille Coulon – Parc national des Ecrins