Axe 4. De l’habiter à la santé : une écologie relationnelle

L’intention de cet axe de recherche est de s’intéresser au rôle du refuge dans la fabrique d’une santé récréative, humaine et écologique en produisant une réflexion sur cet habitat et sa place dans les relations au corps, à l’esprit, au temps, à la nature et aux autres qui se contractent en haute montagne. Le refuge serait-il un amplificateur d’une santé récréative, écologique et humaine, comment et pourquoi ? Un premier travail de recherche est à concevoir sur le.la gardien.ne de refuge et la manière dont il.elle se fabrique une écologie relationnelle avec son lieu, accompagné d’un deuxième travail sur les relations entre le refuge, le.la gardien.ne, les passagers du lieu et l’espace environnant. L’hypothèse à valider est que l’écologie relationnelle du refuge traduit notre rapport au monde, à soi et à notre propre manière d’être. La manière d’habiter un refuge n’est pas neutre et si l’idée est de changer de monde, c’est-à-dire d’être dans la transition, cela induit de changer notre relation au refuge en passant d’une écologie relationnelle verticale et ascendante à une écologie relationnelle « habitante ». D’où le questionnement à construire sur l’habitabilité des refuges dans leur lien avec l’écosystème environnant, en étudiant différents refuges en fonction du désir de leur gardien.ne à contribuer à changer les relations à la montagne pour passer de refuges « boites à dormir » à des refuges éco-récréatifs…

Contact : Jean Corneloup, PACTE-Université Grenoble-Alpes

Crédit photographique : Refuge de la Lavey © B-Bodin – Parc national des Écrins