Axe 5. Fréquentation des refuges et de la haute montagne : un high-living lab

L’objectif visé est le développement d’une démarche coordonnée d’observation de la transition récréative en haute montagne, c’est-à-dire d’un ensemble de processus et d’actions par lesquels les pratiques amateurs et professionnelles se transforment en interaction avec les changements culturels, climatiques, énergétiques et économiques. Le protocole de mesures, observations et enquêtes quantitatives et qualitatives mis en œuvre visera à appréhender un ensemble de mutations relatives à des variables étroitement liées comme la fréquentation des sentiers, refuges et sommets, mais aussi les représentations et l’imaginaire de la montagne, et les effets du réchauffement climatique sur l’alpinisme (thèse de Jacques Mourey, EDYTEM). Des questions comme l’expérience touristique des visiteurs, l’effet des réseaux sociaux sur les pratiques de la haute montagne et l’éducation à l’environnement, la conception, la gestion et l’animation des refuges, la réglementation des pratiques et les cultures professionnelles –guides, accompagnateurs, gardien.ne.s de refuges, gardes-moniteurs du parc– feront l’objet d’observations et de travaux de recherche. En lien direct avec les acteurs et institutions concernés, l’objectif est ici de mieux comprendre en quoi et comment ces mutations imposent de repenser l’identité, les orientations, le fonctionnement et l’animation des destinations touristiques de haute montagne, depuis les villages jusqu’aux sommets. A ce titre, ce sont aussi les questions des signaux faibles, des émergences créatives et des innovations in vivo qui seront traitées dans la perspective d’un living lab d’altitude.

Contacts : Philippe Bourdeau et Pascal Mao, PACTE Université de Grenoble-Alpes et Rozenn Martinoia, CERAG CNRS Université de Grenoble-Alpes

Crédit photographique : Découverte des glaciers avec C. Dureau © B.Bodin – Parc national des Ecrins