Axe 6. Accidentologie et accidentalité

Accidentologie et accidentalité

Un des angles morts des connaissances concerne la mesure de l’accidentalité des activités sportives, qui permet d’évaluer et d’objectiver la « dangerosité » relative d’une pratique… Il s’agit de rapprocher un numérateur (n = nombre d’accidents ou d’incidents) d’un dénominateur (N = volume d’activité : nombre de pratiquants, nombres de sorties, durée de pratique…) afin de mesurer le caractère plus ou moins accidentogène d’activités sur un espace donné. Certains refuges représentent un point de passage (quasi) obligé pour les activités de montagne et sont par ailleurs un point d’observation privilégié des accidents voire des incidents sur les itinéraires qu’ils desservent, ou dont ils sont le point d’aboutissement.
A partir de ce constat, une démarche simple de recueil d’informations permettant d’évaluer l’accidentalité sera expérimentée sur le massif de la Meije durant l’été 2016. D’une part, en prenant appui sur (et en enrichissant) le recueil d’informations relatifs à la clientèle du refuge, il s’agit d’établir une base de données simplifiées sur la typologie et le volume d’activités sur les différentes activités à l’arrivée et au départ du refuge du Promontoire : estimation (dénombrement) et caractérisation (homme/femme, itinéraire/voie, peut-être âge) des flux de pratiquants via un questionnaire quotidien très simple rempli par le/la gardien.ne. D’autre part, il s’agit pour le/la gardien.ne de renseigner au mieux des informations qui lui parviennent tout au long de la saison un journal d’accidents/incidents (avec interventions des secours ou non) permettant de quantifier et caractériser de manière simple (description sommaire) les événements accidentologiques. Il a même été envisagé de coupler ce recueil au Promontoire d’un travail identique au refuge de l’Aigle (sous réserve de l’accord de ses gardiens). A l’issue de ce recueil, il sera possible de calculer différents indicateurs d’accidentalité sur un des hauts lieux des pratiques alpines dans les Écrins. Cette étude de cas permettra également de faire un retour d’information plus appliqué aux gardiens afin de mieux objectiver leurs connaissances pratiques : leur fréquentation, les types d’accidents, la dangerosité de certains itinéraires ou modalité de pratique… Autant d’éléments permettant de mieux informer leurs usagers et, peut-être, mieux prévenir les accidents. A l’issue de la phase de test de l’été 2016, il serait tout à fait envisageable de généraliser ce recueil auprès de nouveaux refuges permettant de mailler progressivement la montagne de sentinelles de l’accidentologie.

Contacts : Eric Boutroy, L-VIS Université de Lyon, Véronique Reynier, Sens Université de Grenoble et Frédi Meignan, gardien du refuge du Promontoire

Crédit photographique : évacuations sans gravité, refuge du Promontoire (https://www.refugedupromontoire.com/photos/)